[Jds] Médieval Academy, ou l'école pour pleureuse

Publié le par Varkarg

Alors, dans un premier temps, je vais être honnête avec vous… Ce texte va contenir plein de superlatif (et non pas laxatif) car ce jeu est pour moi (car c’est mon blog et mon avis na moi !) un de mes gros coups de cœur de ce début/milieu d’année 2014. Toi qui entre ici, prends place, car je vais te causer de …

Medieval Academy ! …

Est un jeu de Nicolas Poncin (sombre et sordide inconnu dans le monde du ludique), illustré par le très doué et prolifique (et physiquement attirant) Pierô la lune. Tout ceci est édité par une nouvelle maison d’édition, blue cocker (je cite ; « l’éditeur de jeux de société qui a du chien. » Franchement avec un pitch comme ça, je ne peux qu’apprécier non ?). Mais le chien bleu n’est pas le premier venu, car à sa tête trône Alain Balay, drax de son pseudo sur le forum trictrac, un monsieur très connu dans le milieu de la chose autour d’une table ludique. Bref pour en savoir plus, renseignez-vous, bande de malandrins. Moi en tout cas, je n’ai pas eu encore la chance de lui causer, un jour j’espère ^^

Bref, tu me parles de ce jeu Francis ?

Médieval academy, pour les moins perspicaces d’entre vous, permet d’incarner un écuyer (esclave ?) parmi tellement d’autres. Oui, mais ils vont essayer de se démarquer, avec brio, ou pas, pour avoir la chance de devenir chevalier (une sorte de cadre syndiqué de l’époque). Pour cela, nous allons faire un truc totalement révolutionnaire dans le monde du jeu de société, accumuler des points de victoire ! Yeah !!

Cool, j’aime bien les jeux avec des trucs qui coupent et des capes Francis.

Tu ne risques pas de couper grand-chose, mais faire pleurer, oui par contre ! Je vais y revenir.

Comment que ça marche le tour de jeu ? Simple. Tellement que je vais le dire ! Dans un premier temps, le jeu est en nombre de tours définis, 6 pour être exacte. On distribue 5 cartes par joueur, on sélectionne une carte (la meilleure si on n’est pas trop débile, mais il va falloir faire des choix, argh !) et on file le paquet de carte à son voisin, selon le sens de rotation du tour (horaire, contre horaire et ainsi de suite). Nous allons donc arriver, forcément avec 5 cartes en mains et il sera donc temps d’en jouer, une chacun notre tour, 4 fois en tout. Oui c’est tout. Simple en effet. L’activation de cette carte va me faire gagner la valeur écrite sur la carte (oui il faut savoir lire … triste !), ce qui va me faire progresser sur une des 7 pistes mises à la disposition de tous.

Vas y, donne-moi y un exemple Francis.

Je joue la carte dragon avec le chiffre 4. J’avance de 4 cases sur la piste du dragon. Ensuite ma voisine joue une carte galanterie avec le chiffre 3, elle avance donc de … 3 cases sur la piste de galanterie. Truc de ouf de dingue non ? Donc comme nous avons 5 cartes en mains et que nous en jouons que 4, la dernière ira dans la défausse, flute de zut (mais souvent ça sera une carte pourave donc pas de regret).

Ce n’est pas très clair tes histoires de piste là Francis.

Nous avons 7 pistes dans le jeu, avec des points de victoire à la clef. C’est l’objectif hein. A la fin d’un tour de jeu, nous allons voir qui est le plus en avant sur chacune des pistes. C’est toujours mieux d’être devant, car on gagne plus de choses. Les derniers gagnent que dalle, car ils se donnent moins la peine que les autres (mais compensent sûrement sur d’autres pistes). Néanmoins, il y a parfois des petites variations assez drôles comme la charité, qui nécessite de pas être dernier ou avant dernier car sinon, gros point négatif dans les fesses … Et non je ne vais pas faire de jeu de mot avec point et fesse …

Certaines pistes sont comptabilisées à chaque fin de tour, d’autres seulement à la fin du jeu, pour plus de suspense et surtout de visibilité sur l’avenir. A noter qu’à la fin du troisième tour, les jetons de certaines pistes retournent (dans leur ordre d’avancée) à zéro, ce qui donne une chance aux trainards voire absents, de se rebattre pour le haut de la piste.

Pour le reste des règles, renseignez-vous, mais c’est du tout bon !

Et la durée de vie de ce jeu Francis ?

Très bonne, car aucune partie ne va se ressembler (grâce au draft entre autres), et il y a plein plein de variantes, les pistes sont réversibles etc. Tip top.

Donc en définitive, que penses tu de ce jeu Francis ?

Et bien c’est un super jeu de pleureuse, simple mais pas simpliste, ou il va falloir faire des choix et ou ça va pleurer/miauler/grincer des dents à votre table ! Du grand bonheur. La frénésie du jeu augmente au fil des tours et de la partie, pour le plus grand bonheur de chaque convive. Quel fol plaisir de dépasser tout le monde avec une belle carte 5, pour ensuite vous refaire dépasser à cause de la galanterie ...

Crise de fou rire, retournement de table, main en bois, autant d’ingrédients pour passer un bon moment.

Le cocker bleu signe ici un premier jeu très bon (et qui se vend bien si j’ai bien compris et c’est mérité), familial moderne mais pas que. C’est un jeu de catain pleureuse, je pense que monsieur Bruno Cathala serait pas perdu avec un jeu comme celui-ci huhu (et ce n’est pas un argument négatif je précise).

Bref, prenez-le, c’est un ordre ! Sinon je deviens fâché tout rouge et je me roule par terre !

Un jeu qui coûte cher en mouchoir !

Un jeu qui coûte cher en mouchoir !

Commenter cet article