[Jds] Shadow Hunters ou l'art de cogner ses allié(e)s avec joie

Publié le par Varkarg

Et bien en route hein comme dirait l’autre … Hum par quoi je vais bien pouvoir commencer ? Ah oui, un petit jeu de société histoire de se mettre bien ! Et nous allons commencer par un des jeux que j’ai le plus rentabilisé depuis son achat (depuis déjà fort longtemps you know, je me refais pas, la vieillesse toussa toussa).

Bref de bref.

Shadow hunters !

Mais qu’est-ce que c’est Francis ?

Shadow Hunters, jeune bipède, est un jeu de société d’origine Japonaise de l’auteur Yasutaka Ikeda édité dans la belle langue de Molière par Matagot. Il se joue de 4 à 8 joueurs (mais à 5 minimum c’est bien mieux, à partir de 6 c’est top), pour une durée de 30 minutes, mais des minutes très variables selon les tables (de très courte à longue et palpitante, avec de la sueur et du gras). Et pis bon il faut avoir minimum 9 ans pour pouvoir y jouer, parce qu’il faut réfléchir un peu (je ne sous-estime pas notre jeune génération, rien à voir, quoi que).

Oui, mais encore Francis ?

Comme dans le célèbre jeu « les loups garous de Thiercelieux » (que normalement, chaque jeune/ado condamné à aller en colo a dû voir et jouer), c’est un jeu à rôle caché. Nous avons trois factions différentes dans le jeu :

  • Les hunters (les gentils tout beaux) qui souhaitent voir les shadows claquer.
  • Les shadows (les méchants qui payent pas leurs impôts) qui désirent voir décéder les gentils ou alors aller tuer également du neutre (et je ne parle pas des Suisses).
  • Les neutres enfin, qui cachent des desseins différents, et qui souvent, décident un peu du sort de la partie, ou pas.

C’est bien beau mais nous voilà dans le cœur du jeu : qui que c’est donc mon allié dans tout ce bousin ? Il va le savoir en usant de la ruse, des cartes visions ou d’autres subterfuges plus ou moins légaux (les menaces physiques sont punies par la loi).

Ou alors vous pouvez faire comme mon groupe de joueurs et cogner les personnes qui passent par votre zone, comme des vils pédérastes à tête rotative. Oui. Mais ô toi qui lis (ou essayes) ces lignes, quel plaisir fol de voir un personnage (Rick) Hunter tuer son allié dans une attaque vengeresse (manamune, raaaah lovely !!), ou encore de voir en fin de partie que deux alliés sont finalement deux ennemis, se regardant avec le regard perçant, et la truffe au vent.

Il m’est déjà arrivé de voir des parties de Shadow Hunters avec des gens jouant énormément sur les cartes vision, la finesse et le goût en somme. Mais la fin ressemble toujours plus ou moins à un champ de bataille avec du sang, des larmes et du rire.

Évidemment, pour nous aider dans notre croisade ludique, le jeu nous mettra à disposition des cartes équipements ou effets, histoire de nous aider (ou de gâcher un peu la vie des autres).

Mais pourquoi c’est cool ce jeu Francis ?

Et bien déjà, pour les plus pingres d’entre nous, le jeu est vraiment pas cher – 22€ sur la toile mondiale ou 25 en boutique du dur physique (je donne un râteau de prix, chercher vous-mêmes) – pour une durée de vie quasiment sans fin (les rôles changent à chaque début de parti). Pardi, certains crieront que ce jeu nécessite d’être avec beaucoup de personnes, et à ça je répondrais oui, mais tant mieux car c’est un jeu que je rangerais sans nul honte dans la case party game avec du prout et du pouêt.

J’ai même réussi à faire jouer des personnes pourtant assez hermétiques au jeu de société, et ceci est plutôt encourageant je trouve.

Bref, vous devez l’essayer, dans un café ludique, une ludothèque, chez un ami ou autres (genre la soirée de réception de l’ambassadeur), c’est un ordre …

Ce texte est dédicacé à une personne qui aime ce jeu, mais ne sait pas y jouer ! Pour sa famille et pour qu'il puisse rester incognito, nous l'appellerons Eric B.

Je suis le vampire, je me révèle …. NOoOOoOoOOOOOOooooN !!

Résumé explicite du jeu, avec une qualité photo d'un iMachin 4, donc moche.

Résumé explicite du jeu, avec une qualité photo d'un iMachin 4, donc moche.

Commenter cet article